vendredi 23 mai 2014

Le pistolero - Stephen King


Edition : J'ai lu
254 pages

Synopsis

"L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait..." Ce pistolero, c'est Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d'un monde qui a "changé" et dont il cherche à inverser la destruction programmée. Pour ce faire, il doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront ver la Tour Sombre, à la croisée de tous les temps et de tous les lieux. Roland surmontera-t-il les pièges diaboliques de cette créature ? A-t-il conscience que son destin est inscrit dans trois cartes d'un jeu de tarot bien particulier ? Le Pistolero devra faire le pari de le découvrir, et d'affronter la folie et la mort. Car il sait depuis le commencement que les voies de la Tour Sombre sont impénétrables...

Mon avis

Dans ce premier tome de la saga La Tour Sombre, Stephen King nous décrit le Pistolero, le personnage principal. Ce tome nous offre peu de détails concernant ce héros. Nous savons juste qu'il traque un mystérieux homme en noir, une sorte de magicien. Vous voulez encore des détails ? Vous serez déçu, Stephen King nous garde dans le flou durant presque tout ce livre. Pour vous dire, il faut plus d'une centaine de pages pour que le prénom de notre héros soit cité.

L'action se déroule sur un fond de western mélangé au sentiment de grande épopée propre aux sagas de fantasy. On reconnait très vite l'énorme clin d'œil au seigneur des anneaux avec cette fameuse Tour Sombre. A cela se rajoute un côté un peu science-fiction avec des mondes parallèles. Voici de quoi rendre un peu confus.

J'avoue que cette lecture me laisse un peu perplexe. Il est très difficile de comprendre le lieu et l'époque où se déroule l'action. De fait, certaines références à notre monde moderne sont incorporées dans l'histoire principale. Comme simple exemple, Roland va rentrer dans un bar, qui dans mon imagination me semblait être un bar comme ceux que l'on voit dans les westerns, où un pianiste joue "Hey Jude".

La fin du livre nous permet de comprendre un peu mieux la quête de Roland. Et heureusement ! Car durant la lecture de ce livre, je me suis souvent demandée où Stephen King voulait en venir... Ce premier tome n'est pas exceptionnel au niveau du fond mais la lecture reste tout de même facile et les descriptions sont vraiment complètes sans être trop lourdes à digérer. Je pense qu'il faut considérer ce tome comme une introduction à la saga. J'entamerai donc le second tome bientôt, en espérant en savoir plus sur la quête de Roland.

Autres chroniques sur la saga La Tour Sombre :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire