dimanche 18 mai 2014

Le 5e règne - Maxime Chattam


Edition : Pocket
523 pages

Synopsis

Ils auraient dû se méfier.
Respecter le couvre-feu instauré depuis le meurtre du jeune Tommy Harper.
Reposer ce vieux grimoire poussiéreux tant qu'il en était encore temps.
Et surtout... ne pas en tourner les pages.
Sean le rêveur et sa bande vont devoir affronter le Mal absolu : à Edgecombe, petite ville tranquille de Nouvelle-Angleterre, les éléments se déchaînent, des adolescents disparaissent et de mystérieux hommes au charisme effrayent font leur apparition...
Et si ce livre maudit détenait la clé du plus effroyable mystère de l'humanité ?

Mon avis

Edgecombe, petite ville américaine sans histoire. Jusqu'au jour où la tranquillité de ses habitants va être ébranlée. Le pire arrive : un meurtre... Un adolescent. Et ce n'est que le début. Sean et sa bande d'amis vont alors être confrontés au Mal.

Dans ce thriller fantastique, Maxime Chattam ne nous laisse que très peu de répit. L'horreur s'installe tranquillement et ne nous lâche plus. On veut que l'histoire avance, juste pour stopper l'angoisse. En alternant les points de vue des adolescents, du shérif du coin et de la représentation du Mal, nous pouvons suivre l'histoire dans sa globalité. L'auteur n'hésite pas à augmenter le caractère horrible de certaines scènes en l'entrecoupant de paragraphes relatant un moment plus léger.

La lecture de ce livre est agréable et fluide. Le 5e règne est le premier roman écrit par Maxime Chattam et je trouve que pour une première fois, c'est sincèrement bien réussi. J'avais déjà lu certains de ses livres et effectivement le style n'est pas tout à fait le même, le caractère fantastique étant bien plus présent. Néanmoins, je ne suis pas du genre à mettre un auteur dans une case, celui-ci pouvant changer de style à l'envie tant que la qualité d'écriture reste égale.

J'ai beaucoup aimé cette réflexion sous-jacente sur le passage de l'enfance à l'age adulte. Le jeune héro ainsi que ces amis vont être confrontés à la magie, représentant l'enfance et son imagination, mais aussi à l'horreur bien réelle de la violence et de la mort, les rendant un peu plus adultes au final.

Juste un tout petit bémol pour finir : à plusieurs reprises, j'ai trouvé par moments le langage des adolescents fort élaborés pour leur age. Cela n'est pas un souci gênant la lecture mais à plusieurs reprises, je me suis dit que leur façon de parler tout au long du livre était parfois inconstante. Certains moments, leur langage est très élaboré et à d'autres, leur langage est vraiment celui d'adolescents.

De manière globale, j'ai donc beaucoup aimé ce livre. Il m'a fait froid dans le dos deux ou trois fois avec les descriptions des meurtres. La fin est bouclée un peu rapidement mais ça ne gâche pas du tout l'histoire générale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire