dimanche 4 mai 2014

La huitième couleur - Terry Pratchett


Edition : Pocket
286 pages

Synopsis

Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde en forme de disque est juché sur le dos de quatre éléphants, eux-mêmes posés sur une tortue.

A Ankh-Morpork, l'une des villes du Disque-Monde, les habitants croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, avec son Bagage en bois magique circulant sur une myriade de petites jambes... Tellement inoffensif que le Patricien a chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la guilde des voleurs et celle des assassins.

Car Deuxfleurs appartient à l'espèce la plus redoutable qui soit : c'est un touriste...

Mon avis

La saga des annales du Disque-Monde faisant partie des grands classiques à lire, je me suis décidée à acheter le premier tome. Il y a en actuellement 34, ce qui promet d'autres bons moments. Cependant, que cela soit clair directement, Terry Pratchett se moque complètement de coller au style habituel que l'on attend d'un livre de fantasy.

Quand j'ai commencé à lire ce livre, je pense que j'ai passé une bonne trentaine, si pas une cinquantaine de pages, à dire "mais c'est quoi ce bordel ?". Je ne comprenais RIEN. Des personnages que l'on cite sans nous expliquer qui ils sont. Une énorme note de bas de page sans réel rapport avec le texte. "Où est-ce que je suis tombée, moi ?!".

Mais une fois dépassé ce moment d'interrogation, on découvre enfin les personnages principaux et tout l'humour de Terry Pratchett. Deuxfleurs est un touriste et un grand fan de tout ce qui est un peu mystique ou hors du commun. Il est également spécialiste en peau-lisse-d'hache-sueur-rance (ça, c'était juste pour le plaisir de vous donner un aperçu des jeux de mots de Terry Pratchett. Celui-là est facile). Pour le guider à Ankh-Morpork, Rincevent, un sorcier, enfin, si on peut vraiment appeler ça un sorcier. Il ne connait qu'un seul sortilège mais pas des moindres. Sortilège qu'il n'ose pas prononcer car non seulement il ne le contrôle pas mais en plus il ne sait pas ce qu'il fait.

Avec deux personnages pareils, c'était sur et certain que des tuiles allaient leur arriver. Et c'est le meilleur. On dévore les pages pour connaitre la suite. On rit beaucoup et quand on aime un peu le jeu de rôle, c'est encore mieux car oui, leur épopée n'est en fait qu'un grand jeu de plateau joué par les dieux.

En conclusion, ce premier tome m'a beaucoup plu. J'ai passé du temps à me creuser les méninges sur certains jeux de mots mais ça en valait la peine. L'aventure met un peu de temps à démarrer car on ne se familiarise pas de suite avec les personnages principaux. Néanmoins, ça ne gâche en rien la lecture après coup. Je me réjouis de lire la suite.

Autres chroniques sur la saga Les Annales du Disque-Monde :

5 commentaires:

  1. J'ai une petite question:
    Dans les Annales du Disques-monde, il n'y a pas à un moment donné, une histoire avec le Père Porcher (et la fille de la mort aussi)?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore lu toute la saga mais je crois que, oui, il y a des histoires sur ces personnages :)

      Supprimer
  2. D'accord, j'avais un doute!
    Depuis que j'ai vu l'adapataton d'un tome (?) à la télé, et que j'ai appris l'existence des livres, je voulais les lire, mais je ne savais pas quel était le premier tome.
    En tous cas, ta chronique m'a surprise. ça ne me paraissait pas aussi particulier que ce que tu décris.
    A voir et à lire, donc! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a eu plusieurs adaptations et elles sont basées sur différents tomes ;)

      L'ordre de lecture est un peu confus en général. Il y a plusieurs tomes qui sont liés mais qui ne s’enchaînent pas nécessairement. Perso, je suis l'ordre de lecture noté sur Livraddict.

      Le style est assez particulier mais, personnellement, j'ai bien aimé ce côté un peu délirant :)

      Supprimer
  3. Une saga formidable, dont chaque tome est une petite perle qui fait éclater de rire en permanence ! Au début, on a un peu peur de ne pas s'attacher autant aux autres personnages qu'à Rincevent quand on apprend que ce ne sont pas des histoires toujours suivies mais finalement, ils ont tous leur côté délirant qui les rend uniques. En tout cas, ça fait plaisir d'en voir parler en des termes si élogieux, hâte de te voir davantage avancer dans la série :)

    RépondreSupprimer