vendredi 27 juin 2014

Nos étoiles contraires - John Green


Edition : Nathan
336 pages

Synopsis

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.
Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis

Nos étoiles contraires fait partie de ces livres poignants que l'on a difficile à quitter. Une fois terminé, je me suis sentie mal, mal de toutes les émotions contraires que l'on peut ressentir lors de ce récit. C'est d'ailleurs extrêmement difficile d'écrire une chronique qui rende justice à cette petite merveille alors que je viens à peine d'en terminer sa lecture (mais j'aime faire mes chroniques "à chaud").

Ce livre met en scène deux adolescents, Hazel, atteinte d'un cancer qui ne se guérira jamais et Augustus, en rémission. Ils se rencontrent lors d'une séance de soutien réservée aux jeunes cancéreux. Grâce à leur rencontre, Hazel va petit à petit apprendre à prendre goût aux belles choses de la vie. Au départ relativement solitaire, elle va se découvrir des sentiments amoureux qu'elle aimerait tellement réprimer afin de ne pas "être une grenade" et blesser ceux qui l'entourent.

Dans Nos étoiles contraires, John Green nous offre une vision sans pitié du cancer chez les adolescents. Le livre se consacrant au point de vue d'Hazel, on ne peut que ressentir les choses avec elle. On se sent proche d'elle. Dans ce livre, l'héroïne partage avec nous sa vision de la maladie, son désir de ne pas être prise en pitié.

J'ai beaucoup aimé l'approche parfois cynique, mais aussi humoristique, que les deux héros ont de leur maladie. A côté de cela, j'ai beaucoup aimé Augustus, qui mettait une note de chaleur dans cette thématique triste. Son envie de profiter des belles choses et de montrer à Hazel qu'il faut vivre, peu importe le nombre de jours qu'il leur reste, est juste magnifique.

J'ai trouvé ce livre rempli de réflexions concernant la maladie, la vie ainsi que la mort. J'ai beaucoup aimé l'approche qu'Augustus a de l'importance de pouvoir avoir un contrôle sur sa vie. Ainsi, en gardant en bouche une cigarette non allumée, il nous montre que la dangerosité d'une si petite chose n'est dépendante que de nous et de notre choix de l'allumer. En restant éteinte, elle ne peut nous tuer.

Ce livre est difficile à expliquer de manière objective. D'un point de vue purement littéraire, j'ai trouvé que c'était une réussite. Après, je pense que la thématique n'est pas facile à aborder sans tomber dans le dramatique. Mais, si comme moi, vous avez tendance à vous mettre très vite dans la peau des personnages, vous serez retourné par cette lecture qui vous fera ressentir la force de l'amour naissant dans le champ de mines mis en place par la maladie.

4 commentaires:

  1. Effectivement c'est pas évidemment d'écrire une chronique sur ce livre, il m'a tellement bouleversé que j'ai pas pu !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai également beaucoup aimé cette lecture, le côté humoristique empêche de tomber dans le larmoyant et c'est ce qui m'a beaucoup plu :)

    RépondreSupprimer
  3. Ça fait un moment que je souhaite le lire...

    RépondreSupprimer
  4. Ja'i lu ce roman et je l'ai adoré ! Je trouve que tu rédiges très bien tes posts.

    RépondreSupprimer