dimanche 31 mai 2015

Le Roi des Fauves - Aurélie Wellenstein


Edition : Scrineo
284 pages

Synopsis

Accusés de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont injustement condamnés à un sort pire que la mort. Enfermés dans un royaume en ruines, coupés du monde, il leur reste sept jours d'humanité. Sept jours pendant lesquels le parasite qu'on leur a inoculé va grandir en eux, déformant leur corps et leur esprit pour les changer en monstres, en berserkirs, ces hommes-bêtes enragés destinés seulement à tuer ou être tués.

Commence alors une course contre le temps, effrénée, angoissante, où les amis d'hier devront rester forts et soudés, pour lutter contre les autres… et surtout contre la bête qui grandit en eux. Existe-t-il une issue ? Existe-t-il un salut quand son pire ennemi n'est autre que soi-même ?

Mon avis

Pour commencer, je voudrais remercier Livraddict ainsi que les éditions Scrineo pour ce partenariat. C'est toujours un plaisir d'avoir l'occasion de découvrir de nouveaux livres, de nouveaux auteurs. Je ne connaissais pas du tout le travail d'Aurélie Wellenstein mais j'ai été séduite. Que cela soit la couverture ou le résumé de l'histoire, je n'ai pas pu m'empêcher de participer à ce partenariat !

Nous suivons donc dans cette histoire Ivar, Kaya et Oswald, trois jeunes vivant dans un village frappé par la famine. Les conditions sont telles qu'ils sont résolus à aller chasser sur le territoire protégé du Jarl, le seigneur local. Malheureusement, ils vont se faire prendre et écoper d'une peine assez rude : ils vont devenir des berserkirs et perdre toute trace d'humanité.

L'histoire se concentre essentiellement sur le point de vue d'Ivar, qui est un jeune homme de prime abord très droit, avec beaucoup de principes. Il est fidèle à ses amis et fera tout pour les aider même s'il présente pas mal de failles quand on y réfléchit. On est, au final, bien loin du héro conventionnel et l'on se retrouve face à un être humain, avec ses forces et ses faiblesses. J'ai bien aimé de suivre ce personnage, Kaya et Oswald m'ayant moins touchée. Kaya est très changeante et je n'ai pas trop aimé l'évolution de son personnage. Oswald, quant à lui, m'a semblé fort effacé dès le départ et son côté geignard était parfois un peu pénible.

Concernant le contexte de l'histoire, j'aurais aimé en savoir un peu plus. Pourquoi ce village est-il accablé par la famine ? Comment se fait-il que le Jarl ne s'occupe pas de ses sujets ? Comment s'agence cette société ? Beaucoup de questions auxquelles je suis habituée à trouver une réponse dans les romans de fantasy. En soi, ce n'est pas si dérangeant puisque cela n'empêche pas du tout de comprendre l'histoire mais le fait d'intégrer des éléments de la mythologie nordique sans en savoir plus sur cet univers m'a un peu frustrée.

Malgré cela, j'ai trouvé l'histoire extrêmement bien écrite. C'est fluide, ça se lit tout seul ! On se sent proche du héro et l'on peut partager ses émotions tout au long de la lecture. Certains moments sont un peu calme mais la fin, très rythmée, compense grandement. J'ai également trouvé original d'inclure le concept des berserkirs dans cette histoire.

En conclusion, je suis vraiment très contente d'avoir découvert cette auteure, ainsi que son travail. Ce livre est une chouette découverte et cela fait du bien de temps en temps de lire de la fantasy en "one shot". L'intrigue est suffisamment rythmée pour que l'on ne s'ennuie pas et la fin ouverte permet au lecteur de s'imaginer la suite. A découvrir.

2 commentaires:

  1. J'hésite :( La fantasy est un genre que je n'aime pas trop :-/
    Dernièrement, j'ai tenté le tome 1 des Outrepasseurs et ça ne l'a pas fait "comme tout le monde" ...
    Donc, je ne pense pas lire celui-là ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment abordable pour de la fantasy. Pour moi, il est classé dans ce genre uniquement à cause du mythe des berserkirs qui est intégré à l'histoire. En plus, vu qu'il n'y a qu'un seul tome, c'est assez expéditif. Ca ne s'attarde pas trop en détails comme dans de nombreuses sagas ;)

      Supprimer