jeudi 30 juillet 2015

La huitième fille - Terry Pratchett


Edition : Pocket
222 pages

Synopsis

Sentant venir sa mort prochaine, le mage Tambour Billette organise la transmission de ses pouvoirs, de son bourdon, de son fonds de commerce. Nous sommes sur le Disque-Monde. La succession s'y effectue de huitième fils en huitième fils. Logique. Ainsi opère le mage. Puis il meurt. Or, il apparaît que le huitième fils est cette fois... une fille. Stupeur, désarroi, confusion : jamais on n'a vu pareille incongruité. Trop tard, la transmission s'est accomplie au profit de la petite Eskarina...

Mon avis

La huitième fille est le troisième volet de la saga des Annales du Disque-Monde. Une fois de plus, Terry Pratchett nous livre une histoire bourrée d'humour et d'aventures loufoques.

Dans ce livre, il est question d'Eskarina, une jeune enfant qui a reçu, un peu par erreur, les pouvoirs d'un mage. Malheureusement pour elle, sur le Disque-Monde, il n'est pas question qu'une fille devienne un mage. Elle va donc devoir jouer un peu des coudes pour se faire une place dans cet univers d'hommes.

Contrairement aux deux premiers tomes, La huitième fille ne fait pas partie du Cycle de Rincevent. Avec ce récit, nous entamons le Cycle des Sorcières et découvrons un nouvel aspect de cet univers. Grâce à cette histoire, nous rencontrons Mémé Ciredutemps, un petit bout de femme plutôt coriace et à la personnalité plutôt imposante. J'ai adoré sa répartie et le fait qu'elle ne se laisse jamais faire. J'ai également aimé sa gentillesse vis-à-vis d'Esk, qui pourtant n'est pas toujours facile à vivre. A elles deux, elles vont faire de l'ombre à tous les autres personnages, ceux-ci se faisant plutôt discrets ou insipides par rapport à elles.

Comme précédemment, j'ai beaucoup aimé l'écriture de Terry Pratchett. L'humour est très imagé et haut en couleurs, tout ce que j'aime ! Cela rend parfois les descriptions complètement loufoques et j'admire réellement le travail de Patrick Couton au niveau de la traduction. A côté de cela, l'humour n'empêche pas du tout l'auteur de traiter de sujet sérieux, comme ici l'égalité des sexes et la place de la femme dans un monde d'hommes, et c'est une chose que j'apprécie beaucoup chez Terry Pratchett.

En conclusion, j'ai adoré me replonger dans ce troisième tome. Terry Pratchett est un auteur que j'apprécie de plus en plus et je sens que je ne vais pas tarder à me procurer ses autres livres. Si vous aimez l'humour un peu poussé et loufoque ainsi que la fantasy, n'hésitez pas à vous lancer dans cette saga. Peut-être que le nombre de volumes vous refroidit un peu mais il ne faut pas y faire attention, ça se lit tout seul !

Mémé eut un sourire sinistre. Le genre de sourire qui fait fuir les loups. Elle empoigna son balai d'un geste résolu.
"Les chances sur un million, dit-elle, elles se réalisent neuf fois sur dix."

Autres chroniques sur la saga Les Annales du Disque-Monde :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire